loader

Dr Jean-François Baron

Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique.


Dr Jean-François Baron

Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique.


LA CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE

Classiquement chirurgie du massif osseux facial, elle s’intègre naturellement avec la chirurgie réparatrice et esthétique à ce que certains ont voulu unifier sous le terme de chirurgie plastique de la face ; concernée par tous les aspects de la pathologie (traumatique, infectieuse, tumorale…), la spécialité sera évoquée dans les 3 domaines ayant une incidence majeure sur l’esthétique.

Outre le nez, déjà évoqué plus haut, les reliefs des pommettes et de la mandibule peuvent être modifiés pour obtenir un contour facial plus harmonieux.

  • Les pommettes
    Limitée à la seule région anatomique malaire ou intégrée à la correction d’une dysharmonie ou d’un rajeunissement de la face, l’accentuation des pommettes relève de techniques plus ou moins invasives allant du simple filler (injection d’un produit volumateur) au remodelage chirurgical de la pommette : implants mis en place par une incision du bord ciliaire des paupières inférieures, voire greffe osseuse apposée à l’os malaire au cours d’une chirurgie intra-buccale, et plus couramment en pratique esthétique, lipostructure (l’auto greffe graisseuse pourra concerner les régions adjacentes, cernes, tempes, joues…rendant le visage plus « plein » donc plus jeune)

  • Le rebord mandibulaire
    a) Le modelage du menton est une demande fréquente en chirurgie maxillo-faciale : indiqué pour améliorer la projection déficiente ou excessive du relief mentonnier, il s’intègre, par la modification apportée à l’étage inférieur de la face, au traitement d’une dysharmonie faciale ou à l’amélioration du profil (profiloplastie), venant ici en complément d’une rhinoplastie ou d’une chirurgie de rajeunissement ; selon le contexte, 2 types de techniques sont envisageables :
    1. l’augmentation du menton (mentoplastie) fera appel à un implant, inséré par une voie d’abord intrabuccale ou externe sous-mentale, ou là aussi à une lipostructure qui représente une alternative intéressante
    2. l’ostéotomie de transposition du menton osseux (génioplastie) permet une correction dans les 3 sens de l’espace ; réalisée par une incision dans le vestibule buccal inférieur, elle comporte une section et une ostéosynthèse de l’os du menton et impose un régime liquide et une hygiène rigoureuse pendant une semaine.
    b) les autres demandes sur le contour mandibulaire sont plus marginales : angles goniaques (pour lesquels ont été décrites des techniques chirurgicales de réduction auxquelles nous préférons l’utilisation de botox) ou dysplasies osseuses à traiter spécifiquement par résection ou greffe ; notons à ce chapitre l’intéressante ostéotomie en arc du rebord basilaire que notre ami Alberto TRIACA utilise en complément de ses ostéotomies et qui offre des résultats spectaculaires dans ses mains.

    PRIX : sur devis pour les indications esthétiques, les génioplasties ou gestes osseux s’intégrant dans un traitement orthodontico-chirurgical ou un contexte malformatif peuvent faire l’objet d’une prise en charge SS


  • La chirurgie squelettique
    Notre propos se limite à la chirurgie maxillo-mandibulaire occlusale (dite orthognatique ) et à la chirurgie des déficits osseux (pré-implantaire) dont la finalité commune est la réhabilitation (anatomique pour l’une et structurelle pour l’autre) des arcades dentaires et donc des os qui en sont la base, le maxillaire et la mandibule.

    Fruit de la coopération entre orthodontistes et chirurgiens maxillo-faciaux, la chirurgie orthognatique traite les dysmorphoses squelettiques de la face ; en s’attaquant à l’architecture osseuse et donc aux bases de l’harmonie d’un visage, elle représente la partie la plus efficiente de la chirurgie esthétique ; celle-ci n’en est pourtant qu’un épiphénomène, les indications étant de nature occlusale et définies par l’orthodontiste qui réalisera la préparation (alignement dentaire) en vue d’une chirurgie pratiquée en règle en fin de croissance dont les résultats sont à la fois morphologiques (proportions du visage, engrènement dentaire) et fonctionnels (manducation, respiration), s’intégrant dans un véritable nouvel équilibre facial.

    Prognatie, rétrognatie, asymétries faciales génèrent des complexes majeurs résolus par cette chirurgie qui nécessite compétence et formation particulière, acquise pour ma part auprès de référents incontestables (Jean CASTEIGT, Emmanuel HADJEAN, JF TULASNE).
    2 interventions princeps permettent de positionner les bases osseuses de l’occlusion (arcades dentaires) pour obtenir la concordance (idéalement classe I dento-squelettique) définie au préalable par la team orthodontiste-chirurgien :

    • l’ostéotomie maxillaire (dite de LEFORT I), réalisée par le vestibule buccal supérieur, sectionne l’os maxillaire en dessus des racines dentaires et traite ses malpositions dans les 3 sens de l’espace ; son retentissement esthétique porte sur l’étage moyen de la face (entre orbite et arcade dentaire supérieure).
    • l’ostéotomie mandibulaire (clivage sagittal d’OBWEGESER), réalisée par le vestibule buccal inférieur au niveau des 2 branches montantes de la mandibule qui sont séparées de la portion dentée qui peut être déplacée en avant ou en arrière selon l’indication ; son incidence esthétique est majeure sur l’étage inférieur (mandibulaire) de la face.
    Les modifications morphologiques sont d’autant mieux ressenties que ces interventions sont effectuées par la muqueuse buccale et ne laissent aucune cicatrice ; elles sont volontiers associées entre elles (chirurgie bimaxillaire) ou à une génioplastie ; les fragments osseux sont fixés au moyen de vis plaques en titane, matériau de prédilection pour la sphère buccale étant donné sa tolérance.
    Il est à noter que les progrès récents des techniques orthodontiques (vis d’ancrage osseux) devraient largement influencer les protocoles en vigueur actuellement avec des prises en charge plus précoces et une chirurgie appelée à s’intégrer davantage au traitement occlusal en cours de croissance et dans l’idéal à limiter son caractère invasif sans compromettre l’esthétique.
    Quant aux greffes osseuses, parfois utilisées en complément d’un montage de chirurgie orthognatique, elles restent incontournables pour reconstituer des secteurs déficients des arcades avant pose d’implants (greffe d’apposition, comblement sinusien) : auparavant prélevées sur le crâne ou le bassin, elles bénéficient aujourd’hui d’évolutions technologiques très favorables limitant leur caractère invasif (greffons de banque sur mesure à partir du scan 3D) et améliorant leur fiabilité (préparation muqueuse par expandeurs), augmentant d’autant leurs indications en chirurgie pré-implantaire.

    PRIX :
  • Chirurgie conventionnée DP de 1000 à 2000€ selon complexite
  • Chirurgie non conventionnée (pré-implantaire) sur devis

  • La chirurgie malformative
    Notre propos comme notre pratique se limite à la seule chirurgie des fentes labio-palatines, pathologie qui occupe de par sa relative fréquence (1 pour 1000 naissances), une place particulière au sein des malformations faciales, habituellement dirigées vers des centres référents spécialisés (Necker) ; pouvant toucher tous les éléments anatomiques situés entre la lèvre supérieure et la luette, la fente labio-palatine se manifeste par des formes cliniques de gravité variable et bénéficie d’un diagnostic ante-natal fiable par échographie fœtale ; notons ici que cette malformation est viable, en règle isolée et que l’insertion sociale des enfants qui en sont atteint dépend largement de notre capacité à résoudre les problèmes fonctionnels (phonation) et esthétiques qu’elle peut générer.

    Sa prise en charge fait appel à la coopération entre divers intervenants (chirurgien plasticien, pédiatre, ORL, orthophoniste, orthodontiste), organisée autour du patient de sa naissance à sa majorité, ainsi qu’à l’âge adulte en cas de séquelles : celles-ci résultent autant de difficultés liées à la forme anatomique de la fente que de traitements incomplets ; le respect du calendrier thérapeutique et la coordination, jointe à la qualité des interventions de chaque praticien représentent donc un enjeu primordial pour la qualité de nos résultats.

    Elève de JC TALMANT, référent passionné en la matière, j’ai adopté depuis plus de 15 ans sa stratégie dans mon expérience hospitalière outre-mer pour me consacrer plus particulièrement à la correction des séquelles esthétiques de ces malformations : chirurgie plastique pour les parties molles labio-nasales, chirurgie buccale pour les défects muqueux et osseux, chirurgie orthognatique pour les décalages squelettiques, voire médecine esthétique pour un comblement ou un surfaçage, pouvant y être concernée toute la panoplie de notre artisanat.

    PRIX : DP admis par mutuelles et assurances

       Cliquez pour voir aussi: la galerie de photos