accueil | contact | econsulation

LA MEDECINE ESTHÉTIQUE

Ces techniques dites non chirurgicales ont connu un essor remarquable ces dernières années d’une part avec la diffusion large des produits traitant in situ le vieillissement cutané, d’autre part avec l’évolution technologique de la dermo-cosmétique: leur caractère non invasif et superficiel par rapport à la chirurgie, ne les absout pas d’une nécessaire rigueur dans le choix et le dosage de la procédure qui se doit d’être « douce » et efficace à la fois.

L’intérêt pour un chirurgien plasticien de manier ces techniques est de pouvoir proposer une prise en charge à la fois adéquate car dégagée de tout esprit partisan et optimisée par l’association éventuelle entre techniques chirurgicales et non chirurgicales.

2 produits extrêmement popularisés et complémentaires, au mode d’action différent sont utilisés en injectables par des praticiens habilités à ces techniques : l’une est basée sur le remplissage de la faille épidermique constituant la ride ou des sillons et dépressions qui apparaissent avec les modifications structurelles liées au vieillissement facial ; l’autre utilise un modulateur de la contraction musculaire sous-jacente à la ride, elle n’est réalisée que dans des indications précises.

Acide Hyaluronique et produits de comblement
Composant naturel de l’organisme, sans spécificité d’espèce ou de tissu donc sans risque allergique, quel que soit son nom de spécialité pharmacologique, qu’il soit plus ou moins réticulé (plus ou moins rapidement résorbable), l’Acide Hyaluronique est le plus employé des produits de comblement en raison de son excellente tolérance et de son innocuité : celle-ci est liée à son caractère temporaire évitant les réactions tardives à corps étranger caractéristiques de certains produits non résorbables.
L’Acide Hyaluronique a des indications multiples au niveau du visage : comblement de rides, sillons, cernes, vallée des larmes, nez, pommettes, ovale… mais également sur d’autres sites (dos des mains) ; par définition résorbable, son résultat s’atténue avec le temps plus ou moins vite (de 6 à 18 mois selon le produit et la localisation), l’entretien de son effet nécessite la répétition des injections.
D’autres produits fluides biocompatibles sont disponibles, selon les indications (Acide Polylactique dans les lipodystrophies induites pas les anti-rétroviraux) ou selon les préférences des patients ou du praticien (gel de microsphères d’Hydroxyapatite de calcium CaHA). A noter que si les produits non biodégradables ont disparu de notre pratique, les précautions d’usage générales (risque allergique ou septique) restent de mise quel que soit le filler utilisé.

Toxine botulinique (Botox)
Produite par la bactérie clostridium botulinum, le principe actif (Neurotoxine de type A) bloque la libération de l’acétylcholine au niveau de la jonction neuro-musculaire dont la récupération par réinervation prend entre 3 et 6 mois, durée de l’effet clinique; son utilisation en médecine esthétique permet de diminuer la contraction des muscles responsables de la mimique faciale : l’indication la plus large concerne les rides d’expression de la partie haute du visage le but étant d’obtenir un regard adouci et naturel; d’autres zones peuvent bénéficier de la relaxation induite par le botox (para-nasale, péribuccale, cordes cervicales, masseters pour diminuer les angles goniaques).
Le produit étant recommandé pour d’autres applications médicales (neurologie, dyshydrose palmaire), sont seuls utilisables en esthétique les conditionnements pharmacologiques adaptés à cet usage; le maintien de l’effet nécessite le renouvellement annuel des injections.

Surfaçage cutané
Concerne un ensemble de techniques ciblant les couches superficielles du tégument se différenciant selon leur impact sur la zone dermo-épidermique:

Les techniques abrasives
D’indication dermatologiques (cicatrices, séquelles d’acné) ou esthétiques (stigmates du vieillissement facial, généralisés ou localisés type rides fines héliodermiques péri-buccales), leur principe est d’obtenir un lissage de la région à traiter par une abrasion plus ou moins profonde (dont les suites sont en conséquence plus ou moins longues): celle-ci sera mécanique (dermabrasion), chimique (peelings) ou thermique (lasers ERBIUM, FRAXEL, et CO2 micro fractionné, technologies combinant effet ablatif et rajeunissant où doit être évalué le rapport bénéfice/effets secondaires pour la peau).

Les techniques conservatrices
Peu ou non invasives, en évolution permanente et réalisées en centres spécialisés (plateformes lasers), elles ont pour support une panoplie d’appareils délivrant à partir d’une source reliée à une pièce à main une énergie quantifiée à la peau permettant de traiter diverses indications en agissant à 2 niveaux :
  • la zone dermo-épidermique : cible privilégiée des technologies laser (Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation)
    1. par émission d’un faisceau spécifique du pigment cutané concerné (épilation au laser diode, Alexandrite et Nd Yag selon les phototypes, détatouage au laser Q switched)
    2. par émission de lumières d’énergie et longueur d’onde calibrées :
      • soit faisceau large de haute énergie IPL (intense pulse light) pénétrant plus ou moins profondément selon la demande, épilation, érythrose, taches brunes, et «réjuvenation»
      • soit lumière à faible irradiance (LEDS) émettant dans le visible (rouge jaune vert bleu) et agissant par photomodulation sur la texture et l’éclat cutané
  • la zone dermo-hypodermique : est recherché ici et particulièrement sur la face un effet tenseur par stimulation de l’endocollagène profond par:
    1. radiofréquence (thermage)
    2. ultrasons focalisés (HIFU high intensity focalised ultrasound)
    3. technologie BTL EXILIS associant ultrasons et radiofréquence utilisée également en bodycontouring

    Les produits anti-âge
    Seul cité à ce chapitre le PRP (plasma riche en plaquettes), produit parfaitement autologue puisque issu du sang centrifugé du patient, prélevé par une simple prise de sang, le PRP a d’abord été testé avec succès en médecine du sport avant d’être utilisé en injection dermique profonde pour son effet volumateur et restructurant, isolé ou associé à des techniques chirurgicales; sa richesse en facteurs de croissance et son intérêt évident en médecine régénérative en font l’objet récent de nombreuses études mais il n’est pas autorisé sur le territoire français en indication esthétique pure (en tant que produit du corps humain réservé à une fin médicale ou scientifique), seules les indications frontières type alopécie androgénique étant pour l’heure en cours d’évaluation.


  • Body-contouring médical
    Ces techniques non invasives s’adressent à des patients informés des limites des traitements proposés et désirant une prise en charge sans l’exclusion sociale imposée par la chirurgie, à la recherche:

  • Soit d’un effet de comblement ou d’épaississement par un Acide Hyaluronique fortement réticulé (MACROLANE) utilisable sur toute zone corporelle à l’exclusion des seins pour lesquels il est contre-indiqué faute d’innocuité prouvée
  • Soit d’un effet de lipolyse : parmi les nombreux procédés testés avec un succès relatif, seules quelques technologies ont prouvé leur efficacité sur les lipoméries localisées et certaines formes de cellulite :
    1. La cryolipolyse exploite la fragilité au froid des cellules graisseuses, son principe consistant en une application réfrigérée en dépression sur les zones à traiter qui déclenche une panniculite (inflammation) suivie d’une mort cellulaire du tissu graisseux dont l’évolution rétractile produit le résultat
    2. La radiofréquence couplée aux ultrasons (procédé BTL EXILIS) est la dernière innovation technologique, elle génère par la chaleur induite dans les couches profondes du tégument une lipoclasie (rupture de la membrane des adipocytes) entrainant une réduction d’épaisseur du tissu graisseux et traitant le relâchement cutané dans le même temps, ses indications sont multiples (cellulite adipeuse) y compris le rajeunissement facial
    3. Les autres procédés, dérivés de l’endermologie (LPG), de la physiothérapie (vagues acoustiques du SHOCKWAVE) ou combinés (vacuum rollers couplés à la radiofréquence et au laser froid du VELASHAPE) viennent en complément
    4. Dernière innovation technologique, le procédé CELLFINA (technique de subscision guidée par stabilisation des tissus sous anesthésie locale), de type mini-invasif, permet le traitement de la cellulite fibreuse des fesses et cuisses avec une élimination durable des capitons


  • PRIX :
  • injectables (fillers et botox) : 300€ / U tarif dégressif selon nombre et zone anatomique
  • sur devis pour la dermabrasion et le PRP intégrés à un geste chirurgical ou pour le MACROLANE selon quantité nécessaire
  • par séance pour les techniques pratiquées dans le centre de médecine esthétique du Dr Baron (voir site RUN Aesthetics)